En bref

20 April 2017

Diffusion Audiovisuel

Après Brazzaville (Rép. Du Congo), la chaine de TV Vision4 pourrait bientôt installer une filiale à Bangui, capitale et plus grande ville de la République centrafricaine, dont la population estimée à environ 1 500 000 habitants soit le quart de celle du pays. Jean-Pierre Belinga, son dirigeant a été reçu par le chef de l’état de la RCA…Lire+ 

Centrafrique: la télé publique, emblème des immenses besoins du pays…Lire+

Cinémas d’Afrique : retour à la léthargie - mardi 7 mars 2017. Fespaco 2017…Lire+

Afrique du Sud – le Cap : Design Indaba est une série d'événements, un festival et une publication en ligne fondée et dirigée par Interactive Africa sous le slogan «Un monde meilleur grâce à la créativité» (en Afrique). A filmer ! Lire+

Festival de cinéma Travelling 2017 à Rennes – Mythique Tanger (Maroc) fut à l’honneur. L’observation de la société est très importante dans le cinéma marocain, notamment pour sa nouvelle génération, actuellement en plein développement. Lire+

Blague du 1er avril : Les visionnages de vidéos de chatons mignons en hausse de 7000% depuis 15 jours…Lire+

__

Picasso et arts primitifs - musée quai branly

idée de prod : A voir, l'expo 'Picasso Primitif' au musée du quai Branly (Paris, France)

Picasso se serait largement inspiré des arts du monde entier, dont des pièces africaines. Mais quels liens Picasso a-t-il entretenu avec les arts non-occidentaux ? Traitée à de multiples reprises, la question a pourtant longtemps été éludée par l’artiste lui-même. Décryptage d’une relation faite d’admiration, de respect et de crainte.

«L’art nègre ? Connais pas.» C’est sur le ton de la provocation que le peintre, sculpteur et dessinateur andalou s’efforcera de nier sa relation avec l’art extra-européen. Pourtant, et comme le montre sa collection personnelle, les arts d’Afrique, d’Océanie, des Amériques et d’Asie n’auront cessé de l’accompagner, notamment dans ses différents ateliers. En témoignent les documents, lettres, objets et photographies réunis dans la première partie de l’exposition, traçant selon un parcours chronologique, les intérêts et curiosités de l’artiste vis-à-vis de la création non-occidentale.

Dans une seconde partie plus conceptuelle, Picasso Primitif propose une mise en regard des oeuvres de l’Andalou avec celles des artistes non-occidentaux, en s’appuyant davantage sur une anthropologie de l’art que sur le constat de relations esthétiques. Le face-à-face qui en résulte dévoile les questionnements similaires auxquels les artistes ont dû répondre (les problématiques de la nudité, de la sexualité, des pulsions ou de la perte) par des solutions plastiques parallèles (la défiguration ou la déstructuration des corps par exemple). Le primitif ne s’entend alors plus comme un stade de non-développement, mais comme l’accès aux couches les plus profondes, intimes et fondatrices de l'humain.

L'Exposition est organisée par le musée du quai Branly – Jacques Chirac, en collaboration avec le Musée national Picasso-Paris. La suite ici >>