Liberté de la presse en RDC : comment la Radio-Télévision Manika tient tête aux pressions politiques

9 March 2017

Règlementations

Date : 16 février 2017

Par Benjamin Polle - En novembre 2016, deux journalistes de la Radio-Télévision Manika (RTMA) étaient arrêtés en RD Congo. Leur seul tort ? Avoir donné la parole à Moïse Katumbi, le puissant opposant à Kabila. « Les gens nous prennent presque pour des justiciers », raconte Gaston Mushid Mutund, fondateur de la chaîne, l’un des deux hommes interpellés. Née en 2009 à Kolwezi, en plein Katanga – riche région minière de la RD Congo –, la RTMA est devenue au fil du temps un véritable contre-pouvoir qui veut informer, quel que soit le prix à payer.

Radio pirate

C’est à ce média hors normes que le réalisateur français Idriss Gabel a consacré un documentaire : Kolwezi on Air. Le film, sorti en 2016 et déjà primé à plusieurs reprises, a été sélectionné pour le prochain Festival panafricain du cinéma de Ouagadougou (Fespaco) et sera diffusé pour la première fois à la Radio-Télévision belge de la communauté française (RTBF), le 9 mars.

Écho de la réalité congolaise

Des journalistes qualifiés

Fidélie Muyongo, animatrice d’une émission culinaire, … Kolwezi on Air permet enfin de voir Gaston Mushid Mutund pousser dans ses retranchements un député congolais tentant de justifier ses substantiels émoluments (plus de 13 000 dollars [environ 12 000 euros] par mois… à mettre en regard avec le salaire minimum au Congo, qui s’élève à quelque 80 dollars).

La suite ici