Les spécificités du paysage audiovisuel sud-africain (par F. Chambon)

9 March 2017

Eco-finances

date : 10 jan. 2017

Frédéric Chambon, vous êtes depuis quatre ans Attaché Audiovisuel Régional pour l’Afrique Australe (Afrique du Sud, Angola, Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie et Zimbabwe), basé à Johannesburg, Extrait de l’interview par Isabelle David, TV France International :

TVFI : Quelles sont en quelques mots les spécificités du paysage audiovisuel sud-africain?

FC : L’Afrique du Sud est un pays sans équivalent sur le continent africain, en ce qui concerne la télévision, la production audiovisuelle et le cinéma. Il accueille plus d’une centaine de tournages par an de longs-métrages de cinéma et de séries TV, locaux et étrangers, y compris en provenance d’Hollywood.

C’est aussi une zone de diffusion unique, qui offre un réseau exceptionnel de 450 salles de cinéma et le premier marché de télévision payante sur le continent. Son principal opérateur DSTV-Multichoice est le numéro 1 de la télévision payante en Afrique avec plus de 9 millions d’abonnés (toutes offres confondues, satellite et TNT) dans une trentaine de pays. Il n’est donc pas surprenant que le Discop Africa, marché de référence en Afrique pour les programmes TV, ait lieu depuis 5 ans à Johannesburg.

TVFI : Pourriez vous nous en dire plus sur votre action en tant qu’Attaché Audiovisuel ?

FC : En dehors de la télévision et du cinéma, les priorités de ce poste aujourd’hui sont la filière Image au sens large, les industries créatives et le numérique, compte tenu du développement et des enjeux de ces secteurs en Afrique du Sud.

L’animation, par exemple, est un secteur en plein développement, avec des producteurs et des talents sans équivalent ailleurs sur le continent et qui commencent à émerger sur la scène internationale. Le poste a mis en place une dynamique franco-sud-africaine forte avec comme plateforme d’échanges le festival d’Annecy et le MIFA, qui accueille depuis 2013 un stand et une importante délégation sud-africaine. Cela passe aussi par des délégations de producteurs et studios français en Afrique du Sud et l’accompagnement de coproductions comme Musi and Cuckoo, série TV pour les préscolaires en cours de développement avec Folimage.

En ce qui concerne le numérique, la grosse opération de l’année et le grand événement français de cette édition 2016 du Discop Africa a été l’organisation du Digital Lab Africa.

Lire tout l’article ici.