Au Fespaco, l'Afrique muscle plus que son cinéma

9 March 2017

Distribution Audiovisuel

date : 25-02-2017

Le coup d'envoi de la 25e édition du Fespaco, le plus grand festival de cinéma africain, est donné ce samedi soir avec un grand concert d'Alpha Blondy.

Par Siegfried Forster - Ça y est, c’est reparti, le plus grand festival de cinéma en Afrique ouvre ce samedi 25 février ses portes à Ouagadougou, la capitale du Burkina Faso. La 25e édition du Festival panafricain du cinéma et de la télévision, c'est beaucoup plus que du cinéma, c'est tout un programme: le trophée de l'Étalon d'or de Yennenga, 150 films projetés dans des salles et des villages, mais aussi un mégaconcert avec la superstar Alpha Blondy et un volet fête populaire, culturelle et politique.

envoyé spécial à Ouagadougou,

Malgré son budget plutôt modeste, avec 1,2 milliard de francs CFA [1,8 million d'euros], le Fespaco s’impose depuis des décennies comme l’un des plus grands événements culturels du continent africain.

Le cinéma, la musique et la politique

Trois événements prévus marquent déjà cette 25e édition : la projection de Frontières de la cinéaste burkinabè Apolline Woyé Traoré ouvrant le bal des films en compétition, le concert d'ouverture de l'icône Alpha Blondy et la venue annoncée du président ivoirien Alassane Ouattara, chef d'État du pays invité, pour remettre avec le président burkinabè Roch Marc Christian Kaboré l’Étalon d’or de Yennenga.

Il y a deux ans, à la dernière édition du Fespaco, tout le monde guettait la situation postrévolutionnaire du Burkina Faso après la chute du président dictateur Blaise Compaoré. En effet, la révolution avait eu lieu aussi dans les salles, avec des films en phase avec ce désir à plus de justice et de démocratie et un cinéma burkinabè présent en force et en qualité.

la suite